Le sapin de Noël : comment le récupérer au Jardin

Bien au chaud dans le salon, nous nous apprêtons à passer de bonnes fêtes de fin d’année. Pour la décoration, bon nombre d’entre nous allons acheter un sapin pour perpétuer la tradition. Coupé ou enraciné ? Pour ceux qui veulent garder un souvenir de ces fêtes, ils préfèreront un sapin en motte ou en pot de façon à le replanter dans le jardin. Pour les autres, un sapin coupé fera l’affaire : une fois broyé ou réduit en miettes, il pourra aller au compost et il servira à enrichir la terre.

Le choix de la variété, dans les 2 cas, a son importance. Le traditionnel épicéa commun est moins cher, mais il présente quelques inconvénients : il se dessèche très vite dans le salon, ses aiguilles piquent un peu et elles tombent rapidement. De plus elles sont vite inflammables lorsqu’elles sont sèches.

Le sapin de Nordmann est plus élégant. Son prix est aussi plus élevé, mais si l’on a l’intention de le replanter dans le jardin, il donnera un arbre au port plus majestueux. Ses aiguilles sont plus souples, réparties de part et d’autre du rameau et d’une couleur plus brillante que l’épicéa. De plus, elles sont plus résistantes à la sécheresse de nos demeures. Au jardin, il donnera des cônes dressés, qui atteindront 12 à 15 cm de long, verts en été et presque violets en hiver.

Pour l’originalité, vous pouvez adopter l’épicéa de Serbie. Il a une forme plus étroite que les précédents, avec des branches plus courtes et légèrement retombantes. Ses aiguilles sont plus courtes et plus charnues, de couleur vert foncé. Au printemps, ses bourgeons rouges sont très décoratifs.

 

Avant d’introduire le conifère dans le salon, trempez le pot ou la motte dans un grand seau d’eau, légèrement tiédie pendant au moins une heure. Cela l’aidera à supporter la sécheresse de l’atmosphère. Placez le dans un endroit pas trop proche de la cheminée, ni des appareils de chauffage. Si vous avez un chauffage par le sol, isolez votre sapin par un rondin de bois ou un tabouret (attention quand même à la stabilité).

 

De temps en temps, n’hésitez pas à le vaporiser d’un peu d’eau de pluie tiède, de la même façon que vous faites pour les orchidées. Sortez le dès la fin des festivités, après l’épiphanie, et installez le quelques jours dans une pièce fraîche et claire avant de le sortir à l’extérieur. Il supportera mieux la différence de température.

 

Pour la plantation, préparez un bon trou de 50cm en tous sens, apportez de la fumure organique (vieux fumier, compost, or brun ou bochevo). Mélangez cette fumure avec de la bonne terre et mettez une épaisseur de 20 cm de ce mélange dans le trou de plantation. Après avoir trempé la motte ou le pot dans un grand seau d’eau pendant une heure, posez votre plant dans le trou, complétez avec de la terre de jardin, tassez et arrosez. Si le plant est de bonne taille, installez un tuteur pour l’empêcher de bouger. Installez une bonne couche de paillage au pied et surveillez l’arrosage la première année.

 

Passez de bonnes fêtes de Noël et nous vous souhaitons une bonne et heureuse année au jardin !